Suivez nous sur

Actualités

Premier regard sur Jodie Foster dans "True Detective Night Country"

Publié le

on

Vrai

Clarice Starling de Jodie Foster était un sacré agent du FBI. Un enquêteur de terrain qui a abattu l'un des tueurs en série les plus meurtriers et sournois au monde en Le silence des agneaux. Foster fait de nouveau apparaître l'insigne des forces de l'ordre afin d'enquêter sur une toute autre affaire de crimes sinistres dans les derniers True Detective : Pays de la nuit.

Le synopsis pour Vrai détective la saison 4 va comme ceci:

"Lorsque la longue nuit d'hiver tombe à Ennis, en Alaska, les six hommes qui exploitent la station de recherche arctique de Tsalal disparaissent sans laisser de trace", lit-on dans le synopsis. "Pour résoudre l'affaire, les détectives Liz Danvers (Foster) et Evangeline Navarro (Reis) devront affronter les ténèbres qu'elles portent en elles et creuser dans les vérités hantées qui sont enfouies sous la glace éternelle."

True Detective : Pays de la nuit étoiles John Hawkes (Bois morts), Christopher Eccleston (Doctor Who), Fiona Shaw (Tuer la veille), Finn Bennet (Les Nevers), et Anna Lambe (trois pins).

Nous avons hâte de voir ce que cette saison apportera. Cela sonne déjà très fort et avec un lead comme Foster, celui-ci pourrait être le meilleur à ce jour.

Êtes-vous enthousiasmé par plus Vrai détective?

Cliquez pour commenter
0 0 votes
Évaluation de l'article
S'abonner
Notifier de
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

Actualités

"Saw X" est en tête de la franchise avec les notes les plus élevées pour les tomates pourries

Publié le

on

Scie

Ces notes changent souvent, mais dans l'état actuel des choses Scie X a obtenu le score Rotten Tomatoes le plus élevé de l'histoire de la franchise. Le 10ème volet, actuellement en salles, a reçu une note « fraîche » de 84 %, recueillant des retours positifs de la part des critiques et du public.

Le Scie La série, connue pour ses pièges complexes et son horreur psychologique, a connu un accueil critique varié au fil des ans. Le film inaugural de 2004, qui a ouvert la voie à la franchise, détenait auparavant le record avec une note de fraîcheur de 50 pour cent. Ce film original, souvent salué comme un thriller pionnier, a contribué à catapulter la carrière de personnalités notables comme le réalisateur James Wan et co-scénariste Leigh Whannell.

Clip officiel de Saw X

Cependant, tous les films de la série n’ont pas eu autant de chance. Saw: Le dernier chapitre, sorti en 2010, languissait au bas de l'échelle avec une note de seulement 9 pour cent. Même les stars Spirale: du livre de la scie, mettant en vedette les poids lourds hollywoodiens Chris Rock et Samuel L. Jackson, n'a obtenu que 37 pour cent.

Que ensembles Scie X à part? Beaucoup attribuent son succès à son retour aux racines de la franchise tout en offrant une nouvelle perspective. Le film sert de préquelle, comblant le vide narratif entre les deux premiers films. Tobin Bell, reprenant son rôle du menaçant Jigsaw (ou John Kramer), a été félicité pour sa performance. Les critiques ont noté que le portrait de Bell dans Scie X est particulièrement fascinant, avec The Hollywood Reporter louant son « voix rauque et gravité menaçante ».

Scie Tobin Bell
Tobin Bell

Le réalisateur Kevin Greutert, qui a déjà travaillé sur Scie VI et Scie 3D, semble avoir touché la bonne corde sensible auprès du public cette fois-ci. The Independent a souligné la compréhension de Greutert de la base de fans de la franchise, déclarant qu'il livre "exactement ce qu'ils veulent".

D'autres avis ont été tout aussi favorables :

  • Sanglante Disgusting« Scie X offre une franchise élevée, et ce n'est pas une mince affaire en dix versements. Il y a un sens confortable de conscience et d'humour dans une suite qui utilise sa simplicité épurée pour mettre en valeur les personnages et le gore.
  • DigitalspyScie X a livré le plus efficace Scie suite encore… Scie X pourrait encore offrir le gore que vous attendez d'un Scie sortie, mais en essayant de faire quelque chose de nouveau et pas seulement le même vieux, cela a potentiellement injecté du sang frais à la série.
  • IndieWire: « Les gens doivent arrêter de baiser avec John Kramer. … Après une décennie en tant que sortie annuelle la plus médiatisée d'Halloween, Scie est enfin de retour en octobre pour dire à Taylor Swift qu'elle n'est pas la seule à faire des conneries de justicier. Félicitations, Tobin. Vous méritez celui-ci. … Le plus angoissant, le plus plein de suspense Scie suite pour le moment.

Scie X a établi une nouvelle référence pour les versements futurs. Que vous soyez un fan inconditionnel ou un nouveau venu dans la série, ce film promet une aventure palpitante.

Continuer la lecture

Critiques de films

[Fantastic Fest] « Infesté » est garanti pour faire se tortiller, sauter et crier le public

Publié le

on

Infesté

Cela faisait longtemps que les araignées n’étaient pas efficaces pour faire perdre la tête aux gens à cause de la peur dans les théâtres. La dernière fois que je me souviens avoir perdu la tête, c'était avec Arachnophobia. Le dernier né du réalisateur, Sébastien Vaniček crée le même cinéma événementiel que Arachnophobia l'a fait lors de sa sortie initiale.

Infesté commence avec quelques individus au milieu du désert à la recherche d'araignées exotiques sous les rochers. Une fois localisée, l'araignée est récupérée dans un conteneur pour être vendue à des collectionneurs.

Flash à Kaleb, un individu absolument obsédé par les animaux exotiques. En fait, il en possède une mini-collection illégale dans son appartement. Bien sûr, Kaleb fait de l'araignée du désert une jolie petite maison dans une boîte à chaussures avec des éléments confortables pour que l'araignée puisse se détendre. À son grand étonnement, l’araignée parvient à s’échapper de la boîte. Il ne faut pas longtemps pour découvrir que cette araignée est mortelle et qu’elle se reproduit à un rythme alarmant. Bientôt, le bâtiment en est complètement rempli.

Infesté

Vous connaissez ces petits moments que nous avons tous vécus avec des insectes indésirables qui entraient chez nous. Vous connaissez ces instants juste avant de les frapper avec un balai ou avant de mettre un verre dessus. Ces petits moments où ils se lancent soudainement sur nous ou décident de courir à la vitesse de la lumière sont ce qui Infesté fait parfaitement. Il y a de nombreux moments où quelqu'un tente de les tuer avec un balai, pour ensuite être choqué de voir l'araignée courir jusqu'à leur bras et sur leur visage ou leur cou. frissonne

Les résidents de l'immeuble sont également mis en quarantaine par la police qui pense dans un premier temps à une épidémie virale dans l'immeuble. Ainsi, ces malheureux résidents sont coincés à l’intérieur avec des tonnes d’araignées se déplaçant librement dans les bouches d’aération, les coins et partout ailleurs auquel vous pouvez penser. Il y a des scènes dans lesquelles vous pouvez voir quelqu'un dans les toilettes se laver le visage/les mains et voir également beaucoup d'araignées ramper hors de la bouche d'aération derrière eux. Le film est rempli de nombreux moments effrayants comme celui-là qui ne s'arrêtent pas.

L'ensemble des personnages est tout brillant. Chacun d’eux s’inspire parfaitement du drame, de la comédie et de la terreur et fait en sorte que cela fonctionne à chaque instant du film.

Le film joue également sur les tensions actuelles dans le monde entre les États policiers et les personnes qui tentent de s'exprimer lorsqu'elles ont besoin d'une aide réelle. L’architecture rock et dure du film offre un contraste parfait.

En fait, une fois que Kaleb et ses voisins décident qu'ils sont enfermés à l'intérieur, les frissons et le nombre de cadavres commencent à augmenter à mesure que les araignées commencent à grandir et à se reproduire.

Infesté is Arachnophobia rencontre un film des Safdie Brothers comme Diamants non taillés. Ajoutez les moments intenses des Safdie Brothers remplis de personnages se parlant et criant dans des conversations rapides et anxiogènes à un environnement effrayant rempli d'araignées mortelles rampant partout sur les gens et vous avez Infesté.

Infesté est énervant et bouillonne de terreurs à couper le souffle, seconde après seconde. C’est le moment le plus effrayant que vous puissiez vivre dans une salle de cinéma depuis longtemps. Si vous n'aviez pas d'arachnophobie avant de regarder Infested, vous le souffrirez après.

Continuer la lecture

Actualités

Urban Legend : une rétrospective du 25e anniversaire

Publié le

on

Pour Silvio.

Les années 90 ont été synonymes de renaissance du cinéma slasher, dont beaucoup sont sortis juste après CrierLe succès qui change le genre. Légende urbaine était l'un de ces films à figurer dans la catégorie "Scream arnaque", mais il a rapidement atteint son propre statut légendaire, gagnant une énorme popularité en raison de ses meurtres sinistres et de son atmosphère indéniablement obsédante. Aujourd'hui, 25 ans après sa sortie originale, Légende urbaine est toujours aussi effrayant et passionnant qu’à l’époque.

Rejoignez-moi pour revivre certains des éléments clés qui l'ont rendu si spécial : de son ouverture fantastique et de ses personnages à ses morts uniques et aux légendes qui les ont inspirés. Célébrons les 25 ans d'un film bien-aimé qui figurera certainement sur la liste de surveillance régulière de tout fan d'horreur.

Blanks sur le plateau avec Leto et Rosenbaum

Le classique du slasher de 1998 a été réalisé par un jeune réalisateur prometteur. Jamie blancs, alors âgé de seulement 26 ans. Que faisais-je à 26 ans ? Je vis toujours avec mes parents ! Blanks avait à l’origine un œil sur I Know What You Did Last Summer et a même réalisé une courte bande-annonce simulée, mais finalement Jim Gillespie avait déjà été embauché pour le travail.

Pour beaucoup, y compris le réalisateur, cela a dû ressembler à un destin, comme pour Wes Craven et Crier Je ne pouvais pas imaginer le frisson et le ton de Légende urbaine être « capturé » à peu près de la même manière s'il s'agissait d'un autre réalisateur. Blanks a choisi un style moins viscéral et une approche plus discrète qui a pris fin Silvio Hortaet l'a traduit d'une manière qui encourage le public à utiliser son imagination, ce qui a extrêmement bien fonctionné et, d'une certaine manière, reflète l'incertitude et l'inconnu de toute véritable légende urbaine.

Le tueur frappe

Le film se déroulait à l'origine en hiver, d'où le confortable parka du tueur, mais les changements de production ont modifié le décor saisonnier. En fin de compte, le costume a été conservé et, bien que de conception extrêmement simple, son apparence avait quelque chose de charmant et d'accessible. Slasher : Fête coupable, a sûrement dû s'en inspirer, puisque son tueur portait le même style de parka. Cependant, il était trempé et glissant du sang de chaque victime… une belle touche supplémentaire.

Le scénario de Horta était également un peu différent. Plus particulièrement, la fin a été légèrement modifiée : elle comportait un autre décès et aucune apparition de Brenda. Au lieu de cela, le nouveau groupe d'étudiants « bizarres » est conduit par Reese. Une fois l'une d'elles, Jenny, seule, sa bouche est étouffée par une main gantée. Une hache est levée en l'air puis abattue, coupant en noir.

Nkk
Michelle Mancini (Natasha Gregson Wagner)

Urban Legend commence d'une manière visuellement frappante et troublante et, comme Crier, sa séquence d'ouverture a été importante pour donner le ton et a rapproché la terreur de manière personnelle, jouant avec l'idée de contes folkloriques de femmes isolées et de claustrophobie. Mais au lieu d'une fille seule à la maison se préparant à regarder un film, c'est une fille conduisant seule dans des conditions dignes de toute horreur.

La musique envoûtante de Christopher Young nous installe dans ce qui sera un film atmosphérique et sombre, immergé dans l'effroi et la grandeur. On nous présente rapidement Michelle Mancini, une fille insouciante qui rentre chez elle dans son SUV par une nuit humide en chantant avec Bonnie Tyler… les mots « faire demi-tour » sont intelligemment utilisés comme une préfiguration violente. Elle découvre bientôt qu'elle manque d'essence et est obligée de s'arrêter dans une station-service désolée, avec un employé effrayant bien sûr. Alors qu'elle fait le plein de sa voiture, la préposée remarque quelque chose d'étrange et parvient à la persuader d'entrer, prétextant que sa carte de crédit ne fonctionne pas. Il est clair que Michelle se méfie et après avoir réalisé que le préposé a menti, elle s'enfuit, craignant pour sa vie. L’ironie de fuir la sécurité pour se retrouver dans les griffes du danger est vraiment effrayante.

Brad Dourif dans le rôle de Michael McDonnell

N'oublions pas les paroles déchirantes hurlées du fond du ventre du préposé lorsqu'il parvient enfin à le libérer de son bégaiement… « il y a quelqu'un sur la banquette arrière ! », une phrase aussi emblématique que n'importe quel dialogue mémorable de Dourif et qui donne de vrais frissons. le long de la colonne vertébrale. Alors que Michelle s'enfuit dans sa voiture sur les routes solitaires dans des flots de larmes, la pluie tombant sur elle, le tonnerre applaudissant, on voit une silhouette s'élever derrière elle dans l'obscurité et des éclairs stroboscopiques. D'un seul coup de hache, Michelle est décapitée, envoyant la lame s'écraser à travers la fenêtre, de la chair, du sang et des cheveux sur sa pointe. L’image s’efface, la hache disparaît et il ne reste plus qu’une vitre brisée. La séquence d'ouverture joue avec ce sentiment d'inconnu où l'on ne sait pas vraiment quand le tueur va frapper et de quelle manière… et quand il le fera, c'est glorieusement macabre et inquiétant. C'est un régal pour les amateurs de cinématographie et les amateurs de gorehounds aussi. L'ouverture originale de Horta était cependant un peu plus macabre et impliquait la tête de Michelle roulant vers la caméra jusqu'à ce que sa bouche remplisse l'écran et la scène passe ensuite à Natalie bâillant, se retirant de sa bouche.

Natalie (Alicia Witt) et Paul (Jared Leto)

Se déroulant à Pendleton, une grande université de la Nouvelle-Angleterre qui est en soi un personnage imposant, l'histoire suit Natalie Simon, la « dernière fille » d'Alicia Witt, qui se retrouve plongée dans la tuerie d'un tueur sadique sur le thème du folklore… et pour aggraver les choses, non. on semble la croire. Natalie est rejointe par l'énigmatique journaliste Paul, interprété par Jared Leto (qui semble nier toute connaissance du film) pour enquêter sur les meurtres, qui coïncident avec le 25e anniversaire du massacre du dortoir de Stanley Hall. Pour cette aventure effrayante, ses amis, un groupe parfaitement sélectionné qui reflète certains stéréotypes de l'horreur… Brenda, la fidèle et pétillante meilleure amie de Natalie, Damon, le farceur incessant aux pointes givrées, Sasha, l'animatrice de l'émission de radio de conseils sexuels salope et Parker, son petit ami d'une fraternité.

Danielle Harris dans le rôle de Tosh

La plupart de ces personnages rencontrent leur mort de manière créative, le tout sur le mode d'une légende urbaine bien sûr. Damon est le premier à partir, et après une scène franchement hilarante où le thème musical de Dawson's Creek de Joshua Jackson retentit accidentellement à la radio, Damon attire pratiquement Natalie dans les bois avec une fausse histoire sanglante sur le fait d'avoir une ex-petite amie décédée dans l'espoir d'obtenir un peu d'affection de sa part. Cela échoue et Damon obtient bientôt sa récompense et est pendu à un arbre au-dessus de la voiture de Natalie dans une version de la légende « The Hook ». Le bout de ses chaussures gratte le toit alors que Damon s'accroche désespérément à la vie. Alors que Natalie se dirige vers le tueur, Damon est hissé dans les airs et rencontre sa fin. Vient ensuite Tosh, le colocataire maniaco-dépressif extrêmement gothique et extrêmement excité de Natalie, connu pour sortir avec de nombreux gars sur le campus. Les cris de Tosh sont confondus avec de la passion car elle est connue pour avoir des relations sexuelles effrénées et bruyantes avec des inconnus et ayant été grondée plus tôt, Natalie n'allume pas les lumières. Au lieu de cela, elle met ses écouteurs et se couche alors que Tosh est étranglé à mort par le tueur. Natalie se lève le matin vers le cadavre froid et mort de Tosh, les poignets coupés et "N'es-tu pas content de ne pas avoir allumé la lumière ?" écrit avec son sang sur le mur – c'est aussi le nom de cette légende particulière. Blanks dirige magnifiquement ces scènes, en utilisant principalement une violence implicite au lieu d'un gore total, ce qui convient parfaitement au ton du film et aux tueries. La mort de Damon, par exemple, aurait pu être plus dure et plus barbare si elle avait eu le cou brisé lorsque la voiture s'est arrêtée brusquement, mais sa mort réelle a eu lieu hors écran. Dans la plupart des films slasher, vous voudriez en voir plus, mais dans Urban Legend, tout semble parfait.

Hootie passe au micro-ondes

Le doyen de l'université est le prochain à rencontrer le tueur, dans une légende qui reproduit "Le voleur de voiture qui tranche la cheville" ou "L'homme sous la voiture". Bien sûr, il a les tendons de la cheville ouverts et tombe sur une barrière à crampons de pneu. Il est temps pour le gars de la fraternité à grande gueule de mourir et Parker le comprend certainement d'une manière intéressante qui mélange 3 ou 4 légendes en une seule. Lors d'une fête de fraternité, Parker reçoit un appel et au bout du téléphone, une voix mystérieuse lui dit qu'il va mourir… cela vous semble familier ? La voix le nargue, bien que Parker pense que c'est juste Damon qui essaie de lui faire peur en utilisant la légende "La baby-sitter et l'homme à l'étage", mais le tueur utilise en réalité la légende "L'animal au micro-ondes" et a fait frire le chien de Parker, Hootie, au micro-ondes, ce qui en résulte. dans une explosion de viande de chien sanglante et crue au dîner.

La mort ultime de Parker se présente cependant sous la forme de la légende « Pop Rocks And Coke » et le tueur l'efface avec une énorme aide de Draino pour l'achever. Sasha meurt peu de temps après dans une variante de la légende "Love Rollercoaster Scream", alors que son attaque et ses cris mourants sont diffusés en direct, ce que les fêtards supposent tous être une farce du massacre de l'anniversaire de Stanley Hall. Avant sa mort, elle a été draguée lors d'une fête où un homme lui a parlé de la chanson "Love Rollercoaster", qui contiendrait un véritable cri d'une victime de meurtre.

Reese (Loretta Devine) avec l'emblème Pendleton

En plus d'avoir des morts amusantes et créatives avec un peu de nuance, Urban Legend présente un tas d'étoiles d'horreur, de références et d'œufs de Pâques. Le professeur Wexler est interprété par la légende de l'horreur Robert Englund. Le nom de famille de Michelle est Mancini, bien sûr en référence au créateur de Child's Play, Don Mancini. Le pompiste, Michael McDonnell, est interprété par Chucky lui-même, Brad Dourif. Joshua Jackson et Rebecca Gayheart étaient tous deux présents. Cri 2 et le nom de famille du personnage de Gayheart, Brenda, est Bates, d'après Norman Bates.

Tosh est joué par la reine des cris Danielle Harris, connue pour avoir joué Jamie Lloyd dans Halloween 4 et 5 et même le concierge effrayant a joué Three Finger dans le premier film Wrong Turn… et si vous voulez l'un des meilleurs œufs de Pâques de l'horreur, la devise de Pendleton lit « Amicum Optimum Factum », qui se traduit par « le meilleur ami l'a fait ». En parlant de ça…

La fille au ruban

La révélation du tueur est l’une de mes préférées dans n’importe quel film slasher. Se déroulant dans le Stanley Hall abandonné, aujourd'hui une maison des horreurs où les corps des victimes ont été exposés, Natalie découvre bientôt le corps de Brenda allongé sur un lit. Alors qu'elle se détourne, désemparée, Brenda se lève derrière elle, lui frappe la mâchoire et sourit comme une psychopathe dérangée. Alors que Natalie se réveille, le tueur émerge à travers sa vision floue, tire sur le capot et Brenda déclare : « Je t'ai eu ! ».

La finale se déroule de manière aussi maniaque qu'on pourrait s'y attendre avec une Brenda suffisamment dérangée révélant que quelque temps avant, Natalie et Michelle avaient causé la mort de son amour de lycée et de son fiancé lorsqu'elles avaient décidé de conduire sans leurs phares allumés et d'essayer le « High ». La légende de Beam Gang Initiation, qui raconte le moment où toute voiture qui renvoie ses phares est pourchassée et tuée. Dans le seul but de faire une blague au gars, Natalie et Michelle l'ont accidentellement tué, brisant Brenda et sa raison en morceaux.

Le film boucle la boucle avec Brenda apparaissant à l'arrière de la voiture de Paul avec une hache et après une brève bagarre, elle s'envole par la fenêtre et dans une rivière, pour ne plus jamais être revue... mais, bien sûr, elle est revue une fois de plus, et dans une merveilleuse scène finale qui voit Brenda bien vivante, elle apparaît avec un nouveau groupe d'étudiants portant un ruban autour du cou. Ce nouveau look intéressant a été inspiré par le conte/légende de « La Fille au ruban vert », essentiellement l'histoire d'une fille dont la tête était maintenue attachée à son corps par un ruban. Vous pourriez voir cela comme Brenda quelque peu réformée et le ruban la représentant se gardant ensemble… ou c'est un zombie sans tête. Quoi qu'il en soit, c'est en fait une conclusion plutôt unique et satisfaisante et, avec sa véritable folie, fait de Brenda l'une de mes tueuses préférées.

Robert Englund comme professeur Wexler

Le casting est excellent, avec de nombreuses légendes et futures stars en vedette et, en témoignage du scénario bien écrit et serré de Silvio Horta, vous obtenez juste assez de ce qu'est chaque personnage avant qu'il ne soit tué. Englund respire la méchanceté et se glisse à travers chaque scène avec une lueur suffisante dans les yeux. Joshua Jackson joue le parfait imbécile et donne au film son relief comique, il brille notamment dans la célèbre scène pop rock où on dirait qu'il a passé un bon moment à convulser sur le sol. Gayheart est peut-être la star de la série en tant que meilleure amie dévouée et tueuse folle, en particulier lors de ses derniers monologues où elle peut mâcher le paysage et mettre cette vigueur supplémentaire dans son personnage.

C'est dans ces moments où Brenda passe de maniaque à une enveloppe torturée alourdie par le chagrin où l'on peut vraiment la croire en tant que femme dont l'âme a été arrachée et remplacée par la rage. Et n'oublions pas l'incomparable Loretta Devine dans le rôle de Reese Wilson, l'arme d'or au pistolet, fan inconditionnelle du film Blaxpoitation Coffy. Vous pourriez la voir comme Dewey d'Urban Legend, juste adorable et un peu maladroite, mais son attitude fougueuse fait vraiment de Reese son propre personnage puissant.

Brenda (Rebecca Gayheart) et Natalie (Alicia Witt)

Le film est sinistre et inquiétant et possède véritablement l'atmosphère la plus sombre de tous les slasher, mais il est également extrêmement réconfortant avec sa pure nostalgie des années 90. Même l'architecture et les décors néo-gothiques vous donnent envie de ramper dans l'écran, mais c'est peut-être juste moi parce que je suis attiré par la télévision et les films qui présentent de grandes universités et même simplement le cadre universitaire. Il y a quelque chose d'enchanteur et d'effrayant en eux, qui, dans Légende urbaineLe cas ajoute vraiment au mystère et à l'aura générale. Vous vous sentez comme un petit poisson dans une vaste mer, mais lorsque le tueur arrive, les murs se referment et vous êtes piégé. Il y a partout où courir mais nulle part où se cacher et c'était certainement un choix parfait pour un film slasher avec un grand modus operandi. Les dépisteurs ont décroché l'or et ont choisi le bon décor, celui qui a transformé une simple prémisse en quelque chose de bien plus grand… et, chose intéressante, Joshua Jackson a également tourné le film The Skulls là-bas.

Comme Crier, Légende urbaine rend hommage à l'horreur à sa manière et constitue une lettre d'amour au genre. Vraiment un film d'horreur fait pour les fans d'horreur inconditionnels. Cela a été le cas pour la possibilité mystérieuse, inconnue et brutale des légendes urbaines, comme Scream l'a fait pour les films et les fandoms. Les deux sujets sont enracinés dans l’inspiration, l’inconnu et ce qui pourrait devenir une réalité effrayante s’il prenait vie. À l’époque, c’était extrêmement frais et avait le génie de jouer sur ces peurs que nous avions tous dans notre jeunesse. Tout le monde connaissait une légende urbaine et chaque ville en avait une au plus profond de son histoire. Vous vous êtes senti instantanément connecté à ses thèmes et attiré par son histoire, ce qui fait d'Urban Legend bien plus qu'un « simple autre clone de Scream ». Il a son propre héritage durable, que j'espère honnêtement que nous reviendrons à l'avenir.

Cela semble fou de penser que ce film a 25 ans, mais c’est le cas. Dans 25 ans, nous nous souviendrons encore de cela avec tendresse. Comme le dit le proverbe… ils ne les font plus comme avant.

Continuer la lecture